La déclaration de guerre du BJP : l’investiture de Narendra Modi

Narendra Modi investiture BJP
Narendra Modi, Chief Minister du Gujarat et Responsable du comité en charge des éléctions générales de 2014.
Copyright: ibnlive.in.com

Les jeux sont ouverts pour les prochaines élections générales de 2014. Après de longues semaines de spéculation et de déchirement interne au sein du principal parti d’opposition, le Bharatiya Janata Party (BJP – de tendance nationaliste hindou), Narendra Modi a finalement été nommé responsable du comité en charge de sa campagne électorale. Dans son nouveau rôle Modi devra définir la stratégie du BJP et mettre en place une coalition qui l’emportera.

« Nous sommes la seule alternative pour le pays. Modi conduira le BJP à la victoire », a déclaré dimanche Rajnath Singh, le chef du BJP à Goa où ses principaux dirigeants s’étaient réunis.

Combat de coqs

En tête de course pour le poste : Narendra Modi, Chief minister du Gujarat et LK Advani, l’ancien chef du parti et mentor de Modi qui espérait être réélu.

La nouvelle a fait chou blanc auprès des opposants à Modi qui depuis quelques mois tentent de le déstabiliser. Mais ces derniers ont vite été contrés par les sympathisants de Modi venus en masse dès samedi pour protester devant le siège du parti à New Delhi. « Nous voulons Modi, il est le seul à pouvoir reprendre les rênes du pays. Seul le Hindutva* peut sauver la Nation ! », s’exclame un des manifestants coiffé d’un turban safran, couleur symbolique du BJP. Lundi matin, LK Advani a fini par présenter sa démission. Le principal motif de son départ est son désaccord avec l’investiture de Modi.

La nomination de NaMo (tel qu’il est surnommé) vient réaffirmer la volonté d’une majorité du parti à le voir devenir Premier ministre. Elle met aussi fin aux espoirs des autres candidats octogénaires, autrefois figures de proue du parti ; traduisant à la fois une rupture et la consolidation d’une nouvelle image. Celle d’un parti dirigé par un leader qui n’a pas froid aux yeux.

Jayalalitha, Chief minister du Tamil Nadu, Chouhan, Chief minister du Madhya Pradesh, le parti extrémiste Shiv Sena basé au Maharashtra, et le parti communautaire sikh Akali Dal au Penjab ont déjà apporté leur soutien au nouveau chef de campagne. Parmi ses opposants au sein du NDA (la coalition de l’opposition), Nitish Kumar, le Chief minister du Bihar qui prétend également au titre de Premier ministre. Avec l’investiture de Modi et la pression exercée par ses partisans, Nitish Kumar pourrait être forcé de quitter la coalition. Ce qui entraînerait le retrait des votes du Bihar qui représente 40 sièges au parlement. Si les prévisions donnent déjà le BJP et sa coalition gagnants, rien n’est encore joué ; les alliances avec les états d’Orissa et d’Andhra Pradesh, indispensables pour la victoire, sont encore floues. Le BJP a également perdu face au Congrès dans l’Etat du Karnataka le mois dernier.

Narendra Modi Vs Rahul Gandhi ?

Modi, 62 ans, dirige le gouvernement de l’État du Gujarat, parmi les plus dynamiques du pays. Il en est le chef depuis 2001, soit quatre mandats successifs. Malgré les critiques qui ont suivi les émeutes du Gujarat (tuant près de 2000 musulmans), il séduit toujours les foules et met en place une stratégie basée sur le succès économique du pays – la seule alternative selon lui pour endiguer la pauvreté. Alors que le Congrès, lui se focalise sur la population rurale ( environ 60% de la population indienne) et des mesures sociales ; notamment grâce à son principal cheval de bataille: la loi pour la sécurité alimentaire.

Alors que les experts politiques rêvent d’un duel entre Narendra Modi et Rahul Gandhi (vice-président du parti du Congrès), Il semble peu probable que la coalition au pouvoir décide de désigner directement le descendant de la dynastie Nehru-Gandhi, Premier ministre aux prochaines élections.

Seul représentant crédible au sein de son parti, Rahul Gandhi manque peut-être encore d’expérience et de leadership devant un Modi, agressif et avide de pouvoir. Ce dernier déploie toutes ses cartes pour faire de son Etat un vrai modèle. Le sommet du Vibrant Gujarat qu’il organise tous les deux ans affiche les résultats concrets de son action : des chiffres, des soutiens de magnats de l’industrie, des mesures politiques populaires, etc. soit un projet pilote du régime de gouvernance qu’il souhaite imposer à la nation. Modi plaît aussi à la jeunesse du pays, qui vibre à son charisme et ses promesses d’une forte gouvernance dans un contexte où les scandales de corruption ne cessent d’heurter la crédibilité du gouvernement.

« La guerre est déclarée ! » crie un membre du BJP agitant un drapeau à l’effigie de Modi, en campagne dans les rues de Delhi. Le porte parole du BJP, Shahnawaz Hussain a déclaré dimanche que le parti organiserait de larges manifestations contre le Congrès, du 17 au 22 juin.

* Hindutva : concept politique – qui a pour objectif la protection du patrimoine indien (la culture hindoue), face aux « idéologies » venues de l’étranger. Parmi les partis en faveur de l’Hindutva : le BJP, le Shiv Sena (Maharashtra), le Vishwa Hindu Parishad ou VHP, le conseil hindou mondial.

Dans le prochain numéro de INDES : La fulgurante ascension de Narendra Modi – « bourreau, business leader, Premier ministre ? »

2 réflexions au sujet de « La déclaration de guerre du BJP : l’investiture de Narendra Modi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s