La ruée vers l’or se poursuit en Inde

gold New Delhi, 9 heures. Une longue file d’attente se forme devant le petit bijoutier du marché de Lajpat Nagar. Une cinquantaine d’Indiens font la queue, pour y acheter de l’or. Amit, son propriétaire, est un homme comblé. Depuis le repli brutal des cours de l’or, il y a près d’une semaine, ses ventes explosent. Cette « bénédiction des dieux », comme il l’appelle, n’aurait pu arriver à un moment plus propice. Il tombe en pleine saison des mariages. L’Inde est le plus grand consommateur et importateur d’or au monde. Que l’on soit riche ou pauvre, le métal précieux y est non seulement synonyme de richesse et d’investissements mais il accompagne aussi toutes les festivités.

Selon une étude du gouvernement, les ménages indiens détiendraient près de 20 000 tonnes d’or, contre seulement 557 tonnes renfermées par les coffres de l’État.

« Depuis le début de l’année, nous étions inquiets des remous de la croissance de l’économie indienne. Mais, depuis la chute des prix de l’or, mes ventes se multiplient et je n’arrive plus à soutenir la demande ! », s’exclame Amit alors qu’il négocie simultanément avec quatre clients.

L’Inde comptabilise près de 20 % de la demande mondiale. Selon le Conseil mondial de l’or, malgré des cours records, l’Inde en a importé près de 864 tonnes en 2012. Depuis la chute des prix, plusieurs bijoutiers ont été obligés, pour importer des lingots, de payer une prime d’environ 1,54 euro par once par rapport aux cours de référence de Londres, pour être sûrs d’être approvisionnés.

Si la baisse des prix est une aubaine pour les acheteurs et bijoutiers, la hausse des importations de métal jaune pèse sur une balance commerciale déjà déficitaire du pays (27,7 milliards d’euros au premier trimestre). Pour freiner les achats d’or, le gouvernement a donc décrété une augmentation des taxes d’importation de 2 % en mars 2012 à 6 % en janvier 2013. Cette initiative a permis une diminution de 24 % des importations au premier trimestre.

Mais avec la chute des cours, les importations ont repris de plus belle. Mohit Kamboj, président de l’association des marchands d’or à Bombay, s’attend à une hausse des importations de 36 % au deuxième trimestre…

La dépréciation du métal jaune a un autre effet pervers : elle fragilise les nombreuses institutions financières qui offrent des prêts gagés sur l’or. Celles-ci voient, en effet, la valeur des prêts accordés décroître par rapport au prix initialement défini. Selon India Rating, une agence de notation des crédits, si le prix bas se maintient, nombre d’entre elles vont devoir mettre la clé sous la porte.

Publié dans Le Figaro

Une réflexion au sujet de « La ruée vers l’or se poursuit en Inde »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s