Travailleurs indiens du Golfe: briser les chaînes

Ces dernières années, le gouvernement indien a lancé une travcampagne massive pour sensibiliser les esprits au risque d’exploitation encouru par les travailleurs indiens outre-mer, principalement dans les pays du CCG (Conseil de coopération des pays du Golfe ou Gulf Cooperation Council) où agents, intermédiaires et employeurs peu scrupuleux usent et abusent de leur main d’oeuvre. La campagne pointait des enjeux cruciaux concernant 3 millions de travailleurs émigrés vivant dans des conditions plus que précaires.

« Il y a 5 ans, je suis arrivé avec mon rêve. Je suis issu d’une famille de 7 enfants vivant dans un petit village du Punjab près d’Hoshiarpur où notre ferme ne suffisait pas à produire suffisamment pour nourrir tout le monde. Le Punjab n’offrant aucun travail, je suis parti à Abu Dhabi espérant trouver un salaire élevé. Je m’étais vu offrir 1500 dihrams en plus d’un logement et de la nourriture pour un travail de 8 heures par jour ». C’est ainsi que Sanjit Singh, un Sikh de 33 ans, travaillant sur un énième chantier de construction de gratte-ciels dans la capitale des Emirats Arabes Unis, initie le récit de son existence…

Cliquez ici pour lire l’article

(publié dans le Magazine INDES)

Une réflexion au sujet de « Travailleurs indiens du Golfe: briser les chaînes »

  1. Les travailleurs immigrés indiens indésirables au Koweït et en Arabie Saoudite

    Après l’Arabie Saoudite, le Koweït… Déjà touchés de plein fouet par la politique dite du « Nitaqat », une loi saoudienne restreignant de manière drastique l’accès au marché du travail à la main d’œuvre étrangère, des milliers de travailleurs indiens se voient désormais contraints de quitter le Koweït. En ligne de mire, les employés clandestins ou ceux dont le visa a expiré. Plutôt laxistes jusqu’ici, les autorités koweïtiennes ne plaisantent plus : elles se sont fixé pour objectif de réduire de 100.000 par an le nombre de travailleurs étrangers sur les dix prochaines années. Résultat, ceux qui ne rentrent pas chez eux de leur propre chef sont arrêtés et placés dans des camps avant d’être déportés. Environ 650.000 Indiens travaillent au Koweït, dont la moitié dans la plus totale illégalité. En Arabie Saoudite, ils sont environ 2 millions….

    La suite sur :

    http://indesmagazine.wordpress.com/2013/06/05/les-travailleurs-immigres-indiens-indesirables-au-koweit-et-en-arabie-saoudite/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s