« Vibrant Modi »

C’est un Narendra Modi victorieux qui se présente au sommet du « Vibrant Gujarat » aujourd’hui. Vêtu de la tenue traditionnelle, il s’exprime en hindi et s’adresse à son peuple, les Gujaratis, avant tout, et ce dans un gestuel qui rappelle celui des grands noms du pays. Il est le père de l’état du Gujarat, la fierté de son parti conservateur : le Bharatiya Janata Party et celui qui a réussi  à faire de son état un véritable « business hub » ou modèle de développement économique pour l’Inde.

La sixième édition du Vibrant Gujarat, un évènement désormais ancrée dans les agendas, a lieu tous les deux ans. Des délégations de part le monde y participent à la recherche d’opportunités d’investissements. Cette année ce sont le Japon et le Canada qui sont mis à l’honneur avec plus de 200 participants de ces deux pays venus spécialement pour l’évènement. « C’est la première fois en Inde, qu’un nombre aussi important de japonais se rendent à un sommet international en Inde », confie un journaliste. C’est là en effet toute la stratégie de Modi, faire de son état un modèle de croissance, un modèle pour l’Inde, glorifié  par les grands groupes industriels indiens eux mêmes et soutenu par les gouvernements étrangers.

La Finlande, l’Allemagne, la Grande Bretagne, les Pays Bas, la Russie, la Chine, les US etc. sont également présents. Un grand nombre de ministres et d’ambassadeurs de pays européens ont félicité Modi et le succès de son évènement. Les autres états indiens outres ceux a majorité BJP ne sont pas présents.

La France absente

La France, elle est totalement absente. Pas un seul représentant officiel, peut-être un ou deux participants parmi 37 000 présents. Dans la vidéo de promotion présentée lors de l’ouverture, Peugeot n’est pas mentionné dans les projets automobiles. En effet si Tata, Maruti, Ford et d’autres sont déjà bien installé dans l’état, Peugeot  bien qu’ayant signé un accord avec le gouvernement en septembre 2011, est fortement impacté par la crise européenne et a du remettre à plus tard ses plans en Inde. Dans l’incapacité de payer l’état du Gujarat pour les terres qui lui avaient été réservées, le gouvernement a vendu une partie (200 acres sur les 584 reservés) pour un autre projet.

Un boycott français pourrait-on penser ? Non: « Cela montre juste à quel point les français sont désintéressés de l’Inde comparé à la Chine. Ce sont des opportunités comme celles-ci qui pourraient aider l’Europe à redémarrer ses économies. C’est la malédiction des entreprises françaises en Inde qui continue (rires)… « , nous confie un des rares français s’étant déplacé.

De « tueur de musulmans » à celui de « business leader »

Les magnats de l’industrie étaient tous présent pour faire les louanges du nouveau chief minister qui vient d’être réélu pour la troisième fois consécutive. Parmis eux, Ratan Tata (qui rappelons le ne se déplace quasi-jamais en public surtout à ce type de sommet), les frère Ambani originaires de l’état et Ruias du groupe Essar. Tous ont promis des investissements, projetant des chiffres rocambolesques…

L’état semble être un véritable pays à lui même. Dirigé par un  « gourou » tout puissant qui dans l’esprit de ces habitants est « bénit des dieux et possède sans aucun doute l’aura du Mahatma Gandhi ».

Le Mahatma Gandhi, icône de l’état car originaire de ses terres. Il reste le modèle de comportement dans une société qui se modernise. Mais dans le passé Modi était bien loin des idéaux des symboles politique de l’Inde, Gandhi ou Nehru qui instituèrent une politique dans laquelle toute les confessions sont représentées.

Mai il est désormais loin le Modi, « tueur de musulmans« … il s’agit désormais de Modi, le business leader, celui qui permet aux projets les plus complexes à se réaliser en Inde et ce à des couts humains et financiers qui défient la compétition. Peu de pays musulmans étaient au sommet du Vibrant Gujarat. Même le Maroc qui était inscrit au programme a annulé à la dernière minute. Une délégation pakistanaise cependant s’était déplacé pour le sommet mais a du mener ses discussions business en marge de celui ci en raison des incidents qui ont eu lieu à la frontière entre l’Inde et le Pakistan. Par ailleurs, si de nombreuses victimes des assassinats perpétués contre les musulmans en 2002 attendent toujours justice, ceux ci sont quasi-invisibles-oubliés dans le milliard d’Indiens.

A cet « incident », un membre du gouvernement du Gujarat et fervent défenseur de Modi de répondre :  « Il y a eu et il y a  toujours des affrontements religieux en Inde. Un exemple a été la vague de violences et de meurtre d’innocents sikhs suite à l’assassinat de Indira Gandhi par ses gardes du corps sikhs. Ce sont des révoltes que nous devons contrôler et que nous ferons de mieux en mieux avec de meilleurs moyens technologiques et humains. »

Future PM ?

Modi est ainsi à lui seul un masala de chauvinisme exacerbé et d’une volonté de « globalisation » purement business. Une contradiction qui semble avoir trouvé un juste milieu.

« Modi s’exprime bien, il sait plaire, il sait trouver les mots justes et surtout il a mis le doigt sur un des freins majeurs à l’installation des sociétés étrangères en Inde : la lenteur et la complexité de l’administration », nous confie un participant originaire du Canada. Modi casse les habitudes, réduit le temps de validation des dossiers, rends les choses plus faciles, offre des réductions de taxes et autres avantages aux étrangers qui investissent dans son état.

Alors que certains le voit déjà comme le futur premier ministre du pays, dans le cadre d’une victoire du BJP lors des prochaines élections en 2014, à New Delhi, le Congrès, parti au pouvoir observe de près ses moindres gestes et mouvements. Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, Manish Tewari le ministre de la communication et des médias déclare :  » L’état du Maharashtra est bien plus en avance que le Gujarat pour attirer les investissements étrangers. le Tamil Nadu et le Karnataka le sont aussi. Et en termes d’avancées sociales, le Gujarat est loin derrière. Les chiffres présentés sont faux et ils ne devraient pas vous aveugler ».

A la question est ce que Modi sera oui ou non premier ministre, les experts politiques indiens ne sont pas du tout sûr: « Dans l’état politique actuel il faudrait que le BJP se constitue des alliés forts de part l’Inde et que ses messages adressent toute l’Inde et toutes ses confessions. Il doit aussi porter un message de paix pour contrôler la situation avec le Pakistan. Il doit représenter l’Inde et aujourd’hui tout cela dépendra de la stratégie du BJP. Dans une Inde corrompue, Modi a l’avantage d’avoir des résultats palpables et visibles dans son état et une vision qui pourrait raviver la flamme du BJP en Inde ». 

2 réflexions au sujet de « « Vibrant Modi » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s